Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil du site > Le mouvement > Brochures du mouvement > La décroissance, un mot négatif ? Vraiment ?

La décroissance, un mot négatif ? Vraiment ?

mpOC | Posté le 20 janvier 2013

Il faut positiver, dirait la pub. Il faut trouver un bon slogan, un truc qui fait vendre. Un peu comme une image où l’on verrait des enfants gambader au soleil dans une verte prairie. Il nous faudrait un mot qui dirait que demain, tout ira bien. Un mot pour définir les repas bio que nous partagerions au milieu de champs de fleurs dans lesquels butineraient de merveilleuses abeilles fabriquant gentiment pour nous le miel que nous tartinerions sur le délicieux pain fabriqué avec bonheur par notre ami le boulanger. Il nous faudrait un mot sexy, un mot qui attire.

Le mot décroissance, ou l’expression « objection de croissance » sont selon Dennis Meadows, un suicide politique. Ce serait un mot négatif, un mot repoussoir. Un mot qui suggérerait une croissance à l’envers, un rétrécissement. Un mot qui suggérerait le retour à la bougie. Or nous ne voulons pas de retour à la bougie, ni de malthusianisme, ni de décroissance pour les pays pauvres. Et bien entendu, nous souhaitons que croissent l’air pur, les arbres, les enfants et le bonheur de chacun d’entre nous. Pourquoi donc nous attacher à une expression si négative ? Cette brochure tente de montrer que notre vision négative de la décroissance vient d’une sorte de conditionnement. Toute expression, pour être bonne, devrait être positive. On dit aussi souvent qu’il y a d’autres choses qui doivent croître, comme le développement personnel, la spiritualité, l’amour. On nous objecte qu’il faut un projet politique positif, qu’il faudrait savoir où l’on va. Ce sont ces conditionnements que je vais tenter, modestement, de démonter.

Documents joints

Mots-clés : 
 
SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0