Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil du site > Ressources > Le journal > Numéros précédents > L’Escargot déchaîné n° 26

L’Escargot déchaîné n° 26

mpOC | Posté le 27 novembre 2015

Edito Lettre ouverte à Jean-Marc Nollet (parti Ecolo) à propos de son intervention sur l’économie circulaire.

Cher Jean-Marc, J’ai lu avec attention ton intervention dans La Libre Belgique du 9 septembre dernier.

À la question suivante « Vous faites un plaidoyer pour la décroissance, là… », je cite ta réponse « Non. C’est un plaidoyer pour passer d’une économie linéaire où on produit, on consomme et puis on jette à une économie circulaire où on crée plutôt que de produire, où on utilise plutôt que de consommer et où on recycle plutôt que de jeter. C’est ça, le changement de modèle que nous prônons. Dans notre économie actuelle, l’économie linéaire, on perd de la valeur à chaque étape. Dans l’économie circulaire, on gagne de la valeur à chaque étape ». L’économie circulaire, qu’entend-on par-là ? Selon Internet , c’est un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable. Elle relève de l’idée que tout déchet issu d’une production industrielle devient matière première d’une autre industrie. L’économie circulaire veut combattre l’économie dite classique qui base son développement économique sur une production de richesse se traduisant par une destruction des ressources.

Personnellement, je vois dans ces termes uniquement un concept de non-gaspillage. Je ne peux être que favorable au non-gaspillage mais de là à faire une nouveauté de ‘quelque chose’ qui ressemble plus à ce que disait ma grand-mère lorsqu’elle nous demandait, enfants, de dessiner également au verso des feuilles, c’est cacher la vérité. En outre, l’économie circulaire s’inscrit donc dans la mouvance du développement durable. Personnellement, je rencontre beaucoup de néophytes défendant le développement durable. Et bien souvent, je les appuie car je sais la sincérité derrière leurs pensées bien qu’elles soient naïves. J’espère que cette première étape ne sera que la première marche de l’escalier qui les mènera vers une vraie réflexion environnementale. Mais toi, Jean-Marc, un professionnel de l’écologie, tu sais ce qu’il y a derrière le concept de ? développement durable et pourquoi un écologiste sicnère ne peut pas le défendre . L’économie circulaire ne pourrait au mieux n’être qu’une petite piste d’amélioration mais elle doit être associée aux multiples autres outils prônés par la décroissance, en particulier la diminution de la production et de la consommation, la relocalisation de l’économie en vue de diminuer les coûts écologiques du transport et la suppression de l’obsolescence programmée.

L’économie circulaire n’est en aucun cas une solution, voire une alternative à la décroissance. Il n’existe pas de système sans entropie, sans pertes, sans déchets et sans consommation d’énergie. Bien entendu, minimiser les pertes est indispensable. Mais il faudra d’une manière ou d’une autre diminuer notre empreinte écologique jusqu’à ce qu’elle soit soutenable, jusqu’à ce qu’on ne consomme pas plus sur la planète que ce qu’elle est capable de produire. La seule voie qui donne une solution à ce problème est la voie de la décroissance. Jean-Marc, réponds-moi , tu ne penses quand même pas sincèrement ce que tu as dit ? C’est uniquement une tactique de réalisme politique grâce à laquelle tu penses pouvoir aider ton parti ? L’économie circulaire, c’est un concept uniquement poudre aux yeux à destination d’un public non averti.

François Lapy Coordinateur du Conseil politique

Documents joints

SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0