Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC)

Accueil du site > Activités > Le mpOC soutient > Il faut sortir Hanna de prison ! Action solidarité en soutien à une activiste (...)

Il faut sortir Hanna de prison ! Action solidarité en soutien à une activiste antinucléaire incarcérée en Allemagne

mpOC | Posté le 17 mai

Communiqué de la coordination antinucléaire du sud-est (France) qui attire notre attention sur la pétition internationale lancée en soutien à Hanna.

Une activiste, Hanna, est incarcérée en Allemagne à la suite d’une action, en 2012, de blocage d’un train de déchets nucléaires sous forme d’UF6, à destination du site atomique de Tricastin qui venait de quitter l’usine d’enrichissement d’uranium de Gronau. Hanna est actuellement en prison à Hildesheim (Alemagne).

* Reportage en Francais ici

Hanna a été condamnée pour son acte de courage et de dénonciation mené avec d’autres antinucléaires à 110 jours d’amende. Elle refuse légitimement de payer cette amende qui serait l’acceptation d’être muselé dans nos droits citoyens et nos libertés. Elle résiste à cette dictature qui ne dit pas son nom. Pour chaque jour de refus de payer : l’appareil répressif judiciaire allemand la maintien en prison un jour de plus.

Une action de solidarité en soutien a Hanna, sous forme d’une pétition internationale (en anglais)*, a été initiée par des femmes antinucléaires indiennes. Chaque signature en ligne par internet génère un mail adressé au procureur responsable des poursuites à Münster ainsi qu’à la prison de Hildesheim ou se trouve Hanna actuellement ( http://www.dianuke.org/sign-petitio... ).

En soutenant Hanna il s’agit d’obtenir sa libération, de défendre les Droits de l’Homme/femme en Europe, de se protéger soi-même contre la répression ici en France où d’autres activistes antinucléaires sont aussi poursuivis par l’appareil répressif-judiciaire sur plainte-ordre du lobby nucléaire et de ses relais politiciens. Tel notre compagnon Jean dont le procès est programmé le 12 septembre 2017 au Palais de Justice de Paris. Son tort à lui serait d’avoir tout simplement dit que "le nucléaire tue" dans un article dénonçant un don d’Areva à une municipalité de Vaucluse.

Hanna pense rester environ 4 semaines en prison et ensuite payer le reste de l’amende car elle tient à tout prix à en être sortie pour participer au " tour en raz-d’eau contre les transports nucléaires" organisé au mois de juin en Allemagne entre Trêve et Cologne.

Mots-clés : 
 
SPIP | Espace privé | Plan du site | Mentions légales | creative common | Suivre la vie du site RSS 2.0